Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faits, opinions et humeurs - Le blog de @jcdrpro

Quand Pompidou Metz te traite comme de la merde

19 Mai 2010 , Rédigé par jcdr Publié dans #archives

C'est une tranche de vie.

Tu es un (petit) journaliste de province. Tu travailles pour une édition locale de télévision. Le gars "au plus près des gens". Le chef te confie un sujet sur le développement du quartier qui n'accueille sur ses friches pour l'instant que le nouveau musée qui fait jaser et twitter le monde entier, et pas que les fanas d'art contemporain.


PompidouMetz.jpg

 

Vu que sur une friche y a pas grand chose à filmer à part de l'herbe, tu te dis avec ton camarade qu'une perspective depuis le 3ème étage avec la grande vitre en amorce de la friche, ca aurait de la gueule. Ni une, ni deux, la caisse n'étant pas encore ouverte puisqu'il est un peu moins de 11h, tu te dis que as le temps de demander à faire ton plan avant la foule (toute relative ce matin, depuis que l'entrée est payante).

Tu rentres, tu t'adresses à l'un des 8 caissiers qui t'envoient tous chier (même s'ils ne font rien que papoter sauf celui qui est en train de vérifier un truc apparemment compliqué). Finalement l'un consent à siffler un vigile pour alerter quelqu'un au service communication. Gentiment le vigile (est-ce son boulot ?) appelle aussitôt et nous demande de patienter. 12 minutes plus tard, un gros bras en tenue de pompier avec tatouage sous ses manches relevées te contourne, rejoint le vigile à l'entrée où patiente le public et lance à voix haute mi-rigolard, mi-agressif: "ils sont où France 3 ? Parce que pour eux c'est retour maison". Je vous passe le reste de l'épisode (et reste sobre dans mon propos) qui se conclut simplement : il te fout dehors sans ménagement, sans contact avec le service communication ou relation presse et sans même te demander pourquoi tu étais venu.

Franchement, quoiqu'en dise Bernard, un musée dirigé par des parisiens exilés, où il est difficile de trouver plus de 2 chiottes par étage et où le mini-ascenseur n'est que rarement accessible pour le 3ème (demandez aux sexagénaires leur avis...), cela me paraissait suspect. Mais heureusement, l'architecture ne laisse pas insensible et la collection d'œuvre encore moins.

Donc pour résumer, Pompidou-Metz serait parfait sans sa mini tribu de chefaillons prouts prétentieux qui pètent plus haut que leur cul parce qu'ils ont une once de pouvoir

Quand aux gens qui s'occupent de la communication et des relations presse, ils seraient bien inspirés d'apprendre à lever le cul de leur chaise et de recruter autre chose que des vigiles tatoués pour faire leur boulot.

Mais bon, tu n'es pas "journaliste culturel" et tu ne bosses ni pour le NYT, ni le Hérald, ni Des Racines et Des Ailes.

Donc tu es une merde. Pour certains à Pompidou Metz.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article