Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faits, opinions et humeurs - Le blog de @jcdrpro

De l’art du droit de réponse…

4 Juin 2009 , Rédigé par jcdr Publié dans #Billets

Dans mon planning matinal quotidien figure comme pour chacun d’entre nous un certain nombre de passages obligés, rites physiques comme le bâillement de l’éveil ou le lavage de dents post-tartines ou obligatoires pour un journaliste féru de l’air du temps. Parmi ces obligations, l’écoute de Jérico* (102 FM Metz).

Et ce matin à 7h50, pour son interview d’actualité, Jean-Louis Baudoux interroge par téléphone Antoine Fonté, le ministre de la culture de Dominique Gros.  Un Antoine Fonté méconnaissable tant son débit lent (et non pas son dé-bilan, mauvaises langues !) le plaçait à des années-lumière de sa volubilité habituelle trahissant ses origines méridionales !

Passé les questions sur l’été du livre, manifestation du week-end, est arrivé LE moment, que les auditeurs de Jérico attendent depuis lundi 25 mai : la réponse à la chronique assassine de Cédric Gasri, Dissonances, qui apparemment lui a été retirée depuis, en raison tant du contenu que de la violence du propos. Pour résumer Gasri fustigeait le thème de l’été du livre 2009, pas assez littéraire à son goût en fustigeant des organisateurs de niveau intellectuel limités encadrés par des élus du même acabit. Et là je fais volontairement sobre…

Sur le fond, il y a sans doute un certain nombre de choses pas vraiment fausses à retenir de ce papier. Mais la violence du propos, pas indispensable à la démonstration (l’ironie caustique eut été à mon sens mille fois plus efficace…), et surtout le fait que ce garçon, soutien de Rausch pendant la campagne municipale, a été  membre de l’organisation de l’été du livre 2008 avant d’être éjecté quelques semaines plus tard, place forcément Cédric Gasri dans le costume du vilain rancunier qui n’a pas digéré son éviction.

C’est bien dommage tant il y a des choses à dire, à l’issue d’une première année de mandat municipal marquée par un certain nombre de récriminations en coulisses sur la politique culturelle menée par Fonté et par une démission éclat sur la place publique.

Mais revenons-en au droit de réponse (a-t-il été demandé ou la radio se l’est-elle imposé ?) de Fonté, alors que ce sont surtout les 2 journalistes organisateurs –bénévoles à Jérico où ils interviennent à travers des chroniques régulières !- qui m’ont paru mis en cause.

J’ai trouvé ce droit de réponse maladroit et tout aussi revanchard que la chronique de Gasri, sans réponses ( !) sur le fond et notamment sur les conditions du choix de la thématique et de l’organisation générale de cet évènement.

Dans les 2 cas, l’auditeur que je suis est resté sur sa faim face à cette saynète digne d’une cour de récréation d’école primaire, lieu idéal d’ébats des égos.

 

 

*la radio de l’évêché va connaître dans quelques temps un mini bouleversement avec l’arrivée d’un nouveau directeur, en fait une directrice, laïque. Et cela après la direction tenue par deux prêtres successifs : Robert Ferry (président en exercice) et Jean-Paul Berlocher (encore en place à l’heure où je rédige ses lignes).

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article