Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faits, opinions et humeurs - Le blog de @jcdrpro

Liberté, Egalité, Fraternité ?

26 Avril 2009 , Rédigé par jcdr Publié dans #Billets

Les faits :

 

Commémoration ce matin à 10h au Fort de Queuleu de la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la Résistance.

L’association Couleurs Gaies, invitée, boycotte la cérémonie et dépose sa propre gerbe de fleurs en forme de triangle rose devant le monument à l’issue de la célébration officielle. En compagnie de quelques élus messins. En mémoire non pas seulement des martyrs homosexuels de la barbarie nazie mais de tous les martyrs.

Elle proteste car en Moselle, elle n’arrive pas à faire citer l’homosexualité comme motif de déportation au même titre que les autres motifs : communiste, juif, tzigane, etc.

Ni dans le discours de ce matin, ni sur la plaque commémorative qu’elle souhaiterait voir installer au Fort de Queuleu, lieu de sinistre mémoire pendant la Seconde Guerre mondiale.

Citer l’homosexualité comme motif de déportation est pourtant le cas désormais (presque) partout ailleurs en France.

Selon l’association, c’est la Fédération nationale des déportés, internés, résistants et patriotes (FNDIRP) qui fait blocage.

Ce matin, le président de la section locale  de la FNDIRP a démenti, m’expliquant que "la décision vient de plus haut !"

Où çà plus haut ?

Mystère !

Couleurs Gaies accuse également la Préfecture de la Moselle et l’Office national des anciens combattants (ONAC) de ne pas prendre leur responsabilité.

 

 

Mon opinion :

 

La photo parle d’elle-même :

 

A gauche, les militants de Couleurs Gaies avec au sol leur gerbe en forme de triangle rose, ce triangle rose qui identifiait les déportés homosexuels dans les camps nazis.

Au fond, les officiels, prêts à entrer dans l’enceinte du Fort de Queuleu et qui ne sont même pas venus les saluer en arrivant.

Aucune poignée de main non plus ne sera échangée à l’issue de la cérémonie officielle.

Ils ne verront de la plupart des représentants des différents services de l’Etat que leur dos.

Dominique Gros leur a fait un grand sourire crispé.

Lui non plus ne leur a pas serré la main.

 

La République Française en Moselle a-t-elle honte de la présence d’homosexuels venus rappeler que c’est pour ce motif sexuel uniquement que des citoyens français ont été victimes de la barbarie nazie ?

Une victime homosexuelle des nazis n’est-elle pas une victime comme les autres ?

Est-elle une sous-victime ? Et les homosexuels des sous-hommes ?

Toutes ces questions me sont venues à l’esprit ce matin en observant l’attitude des officiels à leur sortie de voiture, au premier rang desquels le Préfet de la Moselle et le maire de Metz.

 

J’ai eu honte.

Honte en tant qu’Homme.

En tant que Citoyen.

En tant que Français.

 

Honte que, 64 ans après la libération des Camps,  un tel acte, qualifié à la sauvette de « malentendu » par le Préfet,  puisse se dérouler un jour comme celui-là dans un lieu comme celui-là.

 

Ma découverte de l’Indicible in situ en février dernier à Auschwitz avec les jeunes messins du Lycée de la Communication m’est revenue en pleine face.

 

Une telle incapacité à accepter l’homosexualité serait donc toujours présente dans notre société française au 21ème Siècle ?

L’Etat Français cautionne t’il cela ?

Au profit de qui ?

De sombres abrutis qui se feraient une joie de casser ou dénoncer du pédé en cas de retour de la Barbarie ?

 

Je n’ai eu ce matin que des regards fuyants et des sourires gênés comme réponse à mes questions.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

rue57.info 04/05/2009 15:26

L’équipe de rue57.info vous informe que le Conseil Régional de Lorraine par l’intermédiaire de Stéphane Krill vient de menacer notre site de poursuites judiciaires si deux photographies n’étaient pas retirées. Il s’agit de photographies trouvées dans la base de données « google image ». L’une représente le président Masseret, l’autre la présidente du Conseil Régional des Jeunes. Il s’avère que ces photographies sont la propriété du Conseil Régional. Nous sommes étonnés de la teneur du message que nous avons reçu, probablement due aux critiques vives mais honnêtes de la gestion de la collectivité territoriale. Nous avons évidemment fait le choix de retirer ces photographies mais sommes particulièrement choqués par la méthode employée.

jcdr 04/05/2009 15:30


J'ai plein de photos "libres de droit" de JPM, Elles sont de moi. Vous en voulez une ?


Florence Soriano-Gafiuk 28/04/2009 17:14

En ce qui concerne mon intelligence, il va sans dire que mon commentaire ci-dessus n'a aucune intention démonstrative ! D'autre part, l'anti-socialisme primaire n'est pas un sport que je goûte particulièrement, et je me fais un devoir de saluer, à chaque occasion, les initiatives heureuses de personnalités socialistes ayant fait la preuve de leur liberté de pensée et de leur clairvoyance politique : Jack Lang, Bernard Kouchner, Eric Besson et tant d'autres, dont le courage et le discernement forcent l'admiration...Comme vous le voyez, il importe d'applaudir les manifestations de valeur de toutes provenances, y compris socialiste !Florence Soriano-Gafiuk

jeanmarclucien 28/04/2009 12:26

Me demande bien pourquoi j'ai été censuré dimanche... Rien de particulier dans mon post pourtant.Quand un journaliste s'autocensure c'est déjà grave mais quand il manie la censure pour les autres... cela fait peur.A quand "l'Iinquisition" ? 

jcdr 28/04/2009 15:27


pas de censure, juste un souci technique désormais réparé.


Florence+Soriano-Gafiuk 28/04/2009 11:52

Je ne suis pas autrement étonnée de cette dérobade des élus présents, socialistes en particulier, toujours prompts à esquiver le problème posé par la participation active de telle ou telle minorité à des manifestations publiques.Pour ma part, j'ai à d'innombrables reprises été avisée de la tiédeur avec laquelle le Parti Socialiste, à l'occasion d'élections diverses,  acceptait par exemple de placer en première ligne de jeunes candidats passionnés de politique, mais issus d'une certaine immigration. "Trop tôt", "électeurs pas encore prêts" et autres fariboles leur sont invariablement servies, avec des conséquences prévisibles sur la motivation de ces jeunes espoirs gonflés d'enthousiasme.Sur ce chapitre, on se souvient également du socialiste Georges Frêche, qualifiant de sous-hommes des Harkis coupables d'avoir assisté à un meeting de l'UMP, et se répandant en propos injurieux relatifs aux origines ethniques "trop"  fréquentes des joueurs de football. Finalement exclu à force d'outrances et de récidives, ce personnage avait pourtant bénéficié de la plus scandaleuse complaisance de la part de son parti, et notamment du très accommodant François Hollande, dont on aurait attendu d'emblée une réaction plus tranchée.Pour en revenir enfin à la condition des homosexuels, dont le présent billet dénonce la distance maintenue vis à vis de leur groupe par les élus en ce jour de commémoration, le territoire français en a vu d'autres, comme on a pu le constater aux Antilles où le Parti Socialiste cautionne implicitement l'homophobie affichée de ses fédérations locales : Marlène Lanoix, Raymond Occolier et Jules Otto ont ainsi bénéficié de la même indulgence coupable que Georges Frêche pour des déclarations d'une gravité analogue.Quelle honte !Florence Soriano-Gafiuk

jcdr 28/04/2009 15:36


Ne mélangeons pas tout.
1. la dérobade est présente dans tous les partis.
2. Aucun parti ou mouvement ne met en avant un ou une jeune candidat(e) s'il (elle) n'est pas manipulé(e) ou co-opté(e).
3. Les conneries de Frêche, que j'ai dénoncée en leur temps sur ce blog, sont aussi scandaleuses que les "odeurs" de Chirac.
4. le billet met en lumière l'absence de geste (absence dont je ne doute pas qu'elle n'est que "maladresse et malentendu" mais bien réelle ce matin là) à l'éndroit des homosexuels présents, tout
autant de la part des autorités présentes (fonctionnaires d'Etat)que du maire de Metz, seul élu concerné dans ce bilet. Tous les autres élus, que je n'ai pas fustigé, sont allés les saluer.
Cessons de généraliser, il suffit pour cela de lire calmement le billet sans fantasmer.

Dernière réflexion, casser du socialiste pour casser du socialiste (ou du MoDem, ou de l'UMP, ou des profs, ou des crs, ou je ne sait quoi ou qui) n'est pas un signe d'intelligence et n'a jamais
fait avancer quoique que ce soit.


petitefourmi 27/04/2009 22:47

une photo ne prouve rien , c'est souvent l'art de la manipulation, de nombreuses études l'ont montréici on voit les officiels à l'entrée dans le parc, on aurait la photo à la sortie on aurait l'impression qu'ils vont vers les manifestantsJCDR, c'est un peu facile , non?

jcdr 28/04/2009 08:05


Aussi facile qu'un témoignage. Une photo c'est d'abord la traduction par l'image d'une réalité. Celle-ci montre l'humiliation infligée (certainement maladroitement mais de façon réelle) telle que
l'on ressenti celles et ceux qui étaient présents. Mais les journalistes sont de grands manipulateurs, c'est bien connu. D'ailleurs le soleil tourne autour de la Terre.