Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Faits, opinions et humeurs - Le blog de @jcdrpro

Un an déjà...

8 Mars 2009 , Rédigé par jcdr Publié dans #Billets

C’était le 16 mars 2008.

Jean-Marie Rausch venait d’être battu par Dominique Gros.

Et par l’alliance ZimBeauBeck.

Et sans doute, par lui-même.

Mais que se serait-il passé ces 12 derniers mois si Jean-Marie l’avait emporté ?

 

Le projet de place piétonne couvrant le Parking de la République est bien avancé.

Tout comme Pompidou.

Les cyclistes continuent d’emprunter la main sur le guidon le plateau piétonnier.

Certaines rues de Metz sont restées plus propres.

D’autres, oubliées pendant 37 ans, plus sales.

Les livraisons n’encombrent la circulation qu’aux heures autorisées.

Sous le regard attentif des policiers municipaux, Taser à la ceinture, dont les effectifs ont triplé.

Les contractuelles ont repris la course au PV.

Emmanuel Lebeau cherche une nouvelle façon d’exister politiquement (mais l’a-t-il trouvé ?...) en attendant la prochaine fois.

Pierre Bertinotti nargue -chaque dernier jeudi du mois- Dominique Gros en Conseil Municipal et argumente le lundi suivant, en conseil communautaire, l’incroyable augmentation des impôts justifiée par la nécessaire solidarité des communes de la CA2M. Une solidarité visant à soutenir la réalisation des Grands Travaux que les acteurs du BTP ont entrepris (comme ailleurs en France) pour compenser les effets de la crise en embauchant tout chômeur de plus de 20 ans.

Et les messins s’étripent sur la nécessité de ce métro aérien et de l’autoroute circulaire que le 1er Magistrat Messin a sorti de son chapeau le jour où il remettait à Noël Jouaville l’Ordre National du Mérite.

Les militaires, eux, ne disent que du bien de Jean-Marie qui a sauvé la présence de l’uniforme à Metz.

Bien sur c’est Bitche et Dieuze qui payent les pots cassés, mais Nicolas ne pouvait pas faire cela à son ami qui l’avait si bien accueilli pendant la campagne présidentielle de 2007…

Dans son grand bureau, avec vue sur la Place d’Armes, Jean-Marie relis l’article de son journal (redevenu) favori qui évoque les 3 mois de prison fermes dont Tof vient d’écoper pour ses affichages sauvages et grotesques.

Il se souvient avec émotion de la mise au placard de quelques journalistes mal intentionnés.

Sans avoir rien demandé directement bien sur, d’autres sont là pour cela !..

Une petite purge dans les services municipaux a également été nécessaire.

Il faut bien montrer aux messins qui est le patron.

En regardant passer Julianne Bir venue lui déposer un rapport inutile (mais il faut bien l’occuper et maintenir l’ambiance glaciale –pardon, la saine émulation- qu’il a installé entre elle, Jérémy Aldrin, Anne Stémart et Patrick Thil), Jean-Marie se souvient de toutes ses femmes qui ont tenté leurs chances pour atteindre son Trône et qu’il a si bien manipulées…

Nathalie Griesbeck est candidate aux Européennes, mais pas à la place que la député sortante revendiquait…

Marie-Jo Zimmermann est suspendue pour 8 ans de l’UMP. Toujours cela de gagné. En attendant de coincer Jean-Louis Masson.

Il faut qu’il en reparle au nouveau Procureur…

Et Jean-Marie se dit, en gagnant l’ascenseur de verre dans son grand manteau de cuir, qu’il va falloir tout à l’heure expliquer à la seule femme qui lui tient tête, la sienne, pourquoi il a décidé de se présenter à la prochaine sénatoriale : Nul autre ne lui arrive à la cheville.

Ce qui ne l’empêchera pas dès demain d’assurer de son soutien les deux jeunes loups aux dents longues qui revendiquent déjà, lui comme elle, chacun de son côté, ce mandat sénatorial si convoité...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

noel 04/04/2009 13:27

Que tout cela semble bien dit : l'humour n'est-il pas le meilleur vecteur du "parler vrai".Bien qu'ayant voté, par défaut, gros au second tour chaque jour qui passe me fait amèrement regretter ces 35 dernières années où METZ, ville verte ou ville jardin, s'écrivait en MAJUSCULES et son Maire était reconnu où que l'on aille.Qu'en est-il aujourd'hui : metz, sur le déclin s'écrit en minuscules, et le rayonnement culturel et économique de la Lorraine apparzaît bien irréversible vers NANCY, nouvelle capitale régionale.Qu'on veuille l'admettre ou non, Jean-Marie RAUSCH, Maire charismatique, intelligent et compétent, est de plus en plus regretté par les Messins alors que son successeur, légitimé par les urnes, ne parvient pas à convaincre par ses actes qu'il a la stature suffisante pour empêcher le déclin perceptible de notre métropole en grande souffrance moins d'un an après...Hélas !

bernard WAGNER 19/03/2009 14:32

TRès très très heureux de voir que tu as repris cette activité seine et..... qui te vas si bien !Tu es dur dur  dans cette analyse, mais tellement, tellement réaliste !Amitiés à bientôtBernard

jeanmarclucien 12/03/2009 23:06

Le projet de la place piétonne couvrant le Parking de la République est bien avancé : où comment Metz invente la machine à remonter le temps… (voir une photographie de cette même place en 18..)
Tout comme Pompidou :  pourquoi c’est Jean-Marie tel Chaplin dans les temps modernes qui serre les écrous de la charpente ?
Les cyclistes continuent d’emprunter la main sur le guidon le plateau piétonnier : certes et le « vélotiste » que je suis continuerai son boycott du commerce messin dont les représentants détestent les 2 roues…
Certaines rues de Metz sont restées propres :  celles où demeurent les élu(e)s ? Au fait est-ce de la faute à Dominique si certains messins sont devenus sales notamment les propriétaires de toutous ?  
Les livraisons  n’encombrent la circulation qu’aux heures autorisées : Jean-Marie pourtant grand libéral et adversaire des 35 h serait contre « le travailler plus pour gagner plus » ?
Sous le regard attentif des policiers municipaux, Taser à la ceinture, dont les effectifs ont triplé : pourquoi une telle débauche de moyens ? A Metz nous avons une arme redoutable : une bonne grosse colère de Jean-Marie !  Il n’y a rien de mieux comme dissuasion ! Au fait, Jean-Marie n’a pas renvoyé à l’école les policiers municipaux ?
Les contractuelles ont repris la course au PV : contractuELLES… ce type de sport serait donc réservé aux dames ?  

Les militaires, eux, ne disent que du bien de Jean-Marie qui a sauvé la présence de l’uniforme à Metz : pourquoi les  militaires diraient du bien de Jean-Marie ? Quitte à être militaire autant l’être au bord de la mer, sous des climats accueillants… En fait, la présence d’uniformes à Metz ou ailleurs ce n’est pas mon truc…
….
Quant aux Patrick, Nathalie, Marie-Jo, Emmanuel…. J’en suis las, mais las… d’eux et de leur « cuisine ».  Nous ne sommes pas du même monde… Pas un bonjour de leur part lorsque je les croise surtout Marie-Jo  ma voisine (à cause du vélo peut-être, encore et toujours)  

Une petite purge dans les services municipaux… : c’est bien son style à Jean-Marie, perso je préfère la pièce de Feydeau
Il se souvient avec émotion de la mise au placard de quelques journalistes mal intentionnés : « I have a dream… » Que ce soient les électeurs qui finalement ont été malintentionnés envers Jean-Marie…
….

Padmé 10/03/2009 11:43

Si le Sénat n’est pas caduc d’ici là, pour cause d’endormissement, nos deux départements (Moselle et Meurthe-et-Moselle) risquent fort de résonner sous le poids des Titans. Quant aux jeunes loups (et louves), ils auront intérêt à avoir les dents bien longues et les crocs acérés. Ils s’affûtent déjà, c’est vrai.
Quant à Metz, de mon point de vue de « banlieusarde », je ne peux pas dire avoir été, depuis un an, vraiment dérangée par le flux des cyclistes (par les bus, oui), mais je regrette que les fleurs fanées du côté de la gare n’aient pas été remplacées et que mon resto préféré ait été fermé…

Chalonnais 09/03/2009 17:54

Et si JCDR himself avait été candidat 'éligible' sur la liste de Nathalie ?Emportant avec lui les téléspectateurs admiratifs et les lecteurs du blog enamourés.Et se trouvant Burgermeister en second !Le voilà, le plan B d'il y a un an . .

jcdr 09/03/2009 18:24


je n'aurais pas pu couvrir la campagne... ni écrire le livre.