Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Faits, opinions et humeurs - Le blog de @jcdrpro

Jean-Louis Masson veut lever l'anonymat des blogueurs.

25 Mai 2010 , Rédigé par jcdr Publié dans #Internet

 

Il est leur nouvelle bête noire.

Au point de faire passer Frédéric Lefebvre pour un bisounours !!!

Le vibrionnant sénateur (apparenté UMP) de la Moselle s'est trouvé un nouveau cheval de bataille : mettre fin à l'anonymat des blogueurs.

Pour la petite histoire, il a en travers de la gorge une série de billets anti Marie-Jo Zimmermann qui ont, selon lui, abouti à la victoire du socialiste Dominique Gros lors de l'élection municipale de Metz en 2008. Des billets qui auraient été téléguidés (il le dit dans le vidéo ci-dessous) par l'un des 2 député mosellans du secteur. Lequel des Deux ? Celui-ci ou celui-là ? A vous de choisir !

Bref, pour régler des comptes presque personnels et accessoirement compléter son CV d'empêcheur de tourner en rond au sein de la Droite mosellane (où il reste incontournable, les cantonales et les sénatoriales c'est l'an prochain...), Masson vient donc il y a quelques semaines de déposer sa proposition de loi. Pour laquelle une rapporteure a déjà été nommée. A charge pour elle de faire le point sur la possibilité de transformer cette proposition en une loi avant de la présenter à la commission ad hoc. Pour le détail du parcours d'une loi, cliquez ou ici pour l'animation.

Le 1er à avoir levé le lièvre est Authueil sur son blog. Et l'info s'est ensuite répandue comme une traînée de poudre. Chacun, blogueur (anonyme ou pas) exprime son point de vue sur la question puis prennent le relais presse écrite, radio, presse en ligne, réseaux sociaux, etc.

Même Over-blog s'est fendu d'une lettre ouverte.

Vous trouverez chez chacun d'entre eux l'argumentaire des défenseurs de l'anonymat. Un anonymat qui lorsqu'il est levé peut provoquer licenciement et procès, avec argumentaires à la clé. Quand aux employés qu'évoque Jean-Louis Masson dans la vidéo, c'est à ceux-ci qu'ils pensent.

A vous bien sur de vous faire votre opinion.

Pour ma part j'ai toujours assumé mes écrits. Cela m'a valu parfois des problèmes. Et même une plainte finalement abandonnée en son temps par la CA2M.

Mais je suis journaliste-blogueur et la charte de Munich m'impose -sans contrainte- d'assumer ce que je produis. Les blogueurs sont-ils tous des journalistes ? Non, bien sur. Et ne souhaitent pas le devenir pour la plupart.

Aujourd’hui les outils existent pour retrouver ceux que Jean-Louis Masson nomme des malfaisants. « Mais ces recherches coûtent cher et ne vont pas vite » précise t'il. D'où sa proposition de loi.

Je ne suis pas certain que pour si peu de malfaisants il faille légiférer. Sachant que techniquement il sera très diffcile de faire appliquer réellement cette loi si elle doit voir le jour...

Le principe me semble le même que pour la burqa.

Un peu d'éducation et de savoir-vivre vaudra toujours mieux qu'un grand coup de bâton derrière la tête... de la liberté d'expression.


 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Service Com-Presse Pompidou-Metz vs jcdr. Acte II et fin.

21 Mai 2010 , Rédigé par jcdr Publié dans #archives

Nous sommes vendredi, 2 jours après l'acte I.

Suis coincé chez moi depuis hier matin pour raison familiale.

 

Vérification faite, pas de nouvelles du service qui s'occupe des relations presse à Pompidou-Metz. Ne doivent pas savoir se servir d'un annuaire...

 

Pourtant il y en a un dans ce temple de la Culture nettement plus débrouillard que les autres.

Et avec du savoir-vivre : le fameux gros bras en tenue de pompier (tel que je l'ai décrit dans mon billet précédent). Dès hier il a cherché à me joindre pour s'excuser de la façon dont l'épisode s'était déroulé. Nous avons dialogué ce matin, et sans que je le lui demande, il a spontanément renouvelé ses excuses. Au point que j'en étais gêné. Et nous nous sommes quittés bons amis.

 

Gêné car après tout s'il y a un ou une responsable dans cette histoire ce n'est certainement pas lui.

Que je sache il n'est ni chargé de communication, ni attaché de presse de Pompidou-Metz. Ceux-là, je ne les ai pas entendu, ni même lu (mail ou autre).

Et il ferait beau voir qu'ils fassent de mon gros bras un bouc émissaire.

Le billet sur le blog serait sanglant...


Mais ne croyez pas pour autant qu'on est resté inactif à Pompidou-Metz. Non, non. Trop pédants ou pas assez courageux pour passer un petit coup de fil à bibi. Mais sans états d'âme pour aller baver et se plaindre à ma hiérarchie, que je les ai maltraités avec mon billet et mes commentaires sur Facebook et twitter.

 

J'en prends acte.

 

Mais cet épisode aura au moins eu le mérite de clarifier certaines choses. Car depuis mercredi, nombre de personnes de tous milieux et de tous bords m'ont fait part de leurs sentiments. Qu'il soit journaliste local, national, régional, de radio ou de presse écrite, candidat malheureux à un poste proposé par le centre, ou stagiaire en son sein l'année dernière, chacun a mis en lumière le côté sombre d'une partie de l'équipe Pompidou dans son activité relationnelle.

Personne n'est parfait, moi le premier.

Mais au moins maintenant, je sais à quoi m'en tenir.

 

Et je tourne la page.

 

 

Lire la suite

Quand Pompidou Metz te traite comme de la merde

19 Mai 2010 , Rédigé par jcdr Publié dans #archives

C'est une tranche de vie.

Tu es un (petit) journaliste de province. Tu travailles pour une édition locale de télévision. Le gars "au plus près des gens". Le chef te confie un sujet sur le développement du quartier qui n'accueille sur ses friches pour l'instant que le nouveau musée qui fait jaser et twitter le monde entier, et pas que les fanas d'art contemporain.


PompidouMetz.jpg

 

Vu que sur une friche y a pas grand chose à filmer à part de l'herbe, tu te dis avec ton camarade qu'une perspective depuis le 3ème étage avec la grande vitre en amorce de la friche, ca aurait de la gueule. Ni une, ni deux, la caisse n'étant pas encore ouverte puisqu'il est un peu moins de 11h, tu te dis que as le temps de demander à faire ton plan avant la foule (toute relative ce matin, depuis que l'entrée est payante).

Tu rentres, tu t'adresses à l'un des 8 caissiers qui t'envoient tous chier (même s'ils ne font rien que papoter sauf celui qui est en train de vérifier un truc apparemment compliqué). Finalement l'un consent à siffler un vigile pour alerter quelqu'un au service communication. Gentiment le vigile (est-ce son boulot ?) appelle aussitôt et nous demande de patienter. 12 minutes plus tard, un gros bras en tenue de pompier avec tatouage sous ses manches relevées te contourne, rejoint le vigile à l'entrée où patiente le public et lance à voix haute mi-rigolard, mi-agressif: "ils sont où France 3 ? Parce que pour eux c'est retour maison". Je vous passe le reste de l'épisode (et reste sobre dans mon propos) qui se conclut simplement : il te fout dehors sans ménagement, sans contact avec le service communication ou relation presse et sans même te demander pourquoi tu étais venu.

Franchement, quoiqu'en dise Bernard, un musée dirigé par des parisiens exilés, où il est difficile de trouver plus de 2 chiottes par étage et où le mini-ascenseur n'est que rarement accessible pour le 3ème (demandez aux sexagénaires leur avis...), cela me paraissait suspect. Mais heureusement, l'architecture ne laisse pas insensible et la collection d'œuvre encore moins.

Donc pour résumer, Pompidou-Metz serait parfait sans sa mini tribu de chefaillons prouts prétentieux qui pètent plus haut que leur cul parce qu'ils ont une once de pouvoir

Quand aux gens qui s'occupent de la communication et des relations presse, ils seraient bien inspirés d'apprendre à lever le cul de leur chaise et de recruter autre chose que des vigiles tatoués pour faire leur boulot.

Mais bon, tu n'es pas "journaliste culturel" et tu ne bosses ni pour le NYT, ni le Hérald, ni Des Racines et Des Ailes.

Donc tu es une merde. Pour certains à Pompidou Metz.

 

Lire la suite