Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Faits, opinions et humeurs - Le blog de @jcdrpro

Ca m’énerve !

29 Mars 2009 , Rédigé par jcdr Publié dans #Billets

Oui, j’avoue, je me suis moi aussi surpris à battre la mesure avec le pied droit et à contrôler un irrépressible mouvement de hanche qui sournoisement m’entraînait vers le dance floor le plus proche en découvrant le clip de ce forbachois en passe de devenir l’un des plus étonnant prince de la nuit… si les jet-setters alcolo-sniffés-rolexo-bling-bling ne le mangent pas avant.

L’œuvre s’intitule ça m’énerve.

Elle résume bien cette semaine d’actualité...

 

Le sketch douteux des fermetures de collèges messins.

L’attitude mesquine du maire de Metz qui continuait hier pendant la manif de fustiger Georges de La Tour.

L’hypocrisie totale de la majorité des élus de toutes tendances qui soutiennent les Hauts-de-Blémont, collège symbole de la pensée généreuse mais collège-ghetto dans la réalité et dont personne au fond ne veut le maintient, ni les élèves, ni les profs, ni les familles.

 

Ça m’énerve

 

Les postures contraires et contradictoires affichées par ces élus à la fois messins et mosellans.

La Droite qui dénonce l’augmentation des impôts à Metz et qui pourtant la vote au conseil général.

La Gauche qui fait exactement le contraire, s’abstient au département (ils n’ont quand même pas osé voter contre) et vote pour l’augmentation à Metz.

ET les deux qui justifient leur vote au motif que cette année l’augmentation n’est pas indispensable car « l’Etat donne de l’argent » alors que ce n’est qu’une avance anticipée de remboursement de TVA qui n’apparaîtrait  plus l’an prochain.

Vision à court terme, gestion à la petite semaine…

 

Ça m’énerve

 

L’incapacité des mosellans et des lorrains à s’emparer du formidable projet international porté depuis 20 ans par le Couvent - Centre international des chemins du Baroque.

Dénigrer, mépriser, voire pire ignorer cette démarche d’accompagnement, sans esprit colonial, du développement culturel et économique des pays latino-américain par le biais de la musique baroque. Et cela en aidant à la redécouverte de partitions musicales historiques, en formant à Sarrebourg et dans toute l’Amérique du sud des facteurs d’instruments et des musiciens, en provoquant des échanges et des enregistrements magnifiques (jetez absolument un œil sur le catalogue de K617 !!!), en (re-)donnant à des populations les plus pauvres l’amour de leur traditions, de leur culture, et en les guidant sur un chemin d’avenir peut-être rude mais pavé de bonnes intentions.

Ah bien sur, Sarrebourg vote à droite et se trouve paumée dans la cambrousse est-mosellane, alors, comment parler de Culture !

Sauf que les plus grands chefs, les plus admirables spécialistes du Baroque y passent régulièrement et que le nom de la ville est connu grâce au Couvent dans tout le bassin Caraïbes et à travers l’Amérique du Sud.

Voila un vrai projet porteur qui peut donner crédit à notre région.

Et vous attendez quoi pour le valoriser ? D’avoir lu le bouquin de Roger Cayzelle ?

 

Ça m’énerve

 

Et tout un ensemble de petites choses en vrac.

Le maire de Metz qui d’un côté annonce le baptême d'une rue Raphaël Levy mais de l’autre (et pour la première fois pour un Premier Magistrat de la ville) n’honore pas de sa présence la communauté messine pour le nouvel an juif et qui n’a en revanche pas d’état d’âme à s’afficher en la cathédrale ou encore réunit les différents courants de la foi musulmane en mairie pour évoquer la construction d’une Mosquée. Je précise que je n'ai rien contre ce projet en tant que tel et que je salue ce geste envers la communauté musulmane que n'a jamais affiché son prédécesseur. N'empêche...

Jean-Marie Rausch qui fait un numéro de claquette chez Gasri sur Jerico pour ne rien dire sinon qu’il ne s’interdit pas d’y retourner en 2014.

Ces maîtresses d’hommes politiques que leurs amants installent à des postes de complaisance, payées avec l’argent du contribuable et qui, avec la prétention incroyable des parvenu(e)s, pourrissent la vie de ceux qu’elles considèrent comme leurs subordonnés et qui ne le sont pas.

Cette opposition messine de Droite qui n’en finit pas de ne pas exister dans son incapacité à se trouver un(e) chef de file unique, et dont la moitié-rauschienne n’a toujours pas fait le deuil de l’ancien maire.

Cette majorité de façade du Conseil Régional qui règle ses comptes dans les bureaux feutrés et qui avec autisme et méthode coué veut nous convaincre du soi-disant extraordinaire travail fait depuis 2004. Et pourquoi pas une gare à Vandières !!!

Et je passe sur Le Pen, Sarkozy, Benoît « PanzerK » XVI, Frédéric Lefèvre, Ségolène Royal, certains membres de la communauté juive qui au motif que vous vous interrogez sur la possibilité d’une paix avec les arabes vous insultent et vous taxent carrément d’antisémitisme, etc.

 

Ça m’énerve

 

Et Ça m’énerve d’autant plus que je ne suis pas sur de pouvoir faire plus que de l’écrire… 

Lire la suite

De la transparence et du malfaisant en politique.

22 Mars 2009 , Rédigé par jcdr Publié dans #Billets

Je relisais il y a peu l’ouvrage de Jean-Marie Proth, les parasites de la République, paru à l’aube de la campagne des régionales de 2004. 145 pages à charge contre tout à la fois les politiques menées par le conseil régional de Lorraine, le fonctionnement de cette institution et une partie des élus y siégeant à l’époque.

J’ai adoré l’échange un jour en commission permanente autour du financement de sèche-cheveux pour un salon de coiffure… Sachant qu’au CRL, comme d’ailleurs dans d’autres instances dans lesquelles débattent les élus, les commissions permanentes se déroulent loin du regard du public et des journalistes. Nulle obligation à ce manque de transparence, l’opacité se jouant tout autant dans les commissions et réunions de présidents de groupe. Mais voter des subventions, parfois étonnantes, se fait plus facilement en toute discrétion. Que l’on se rassure, ailleurs en France des CP sont publiques. En Lorraine, le public (et à fortiori les journalistes) ne sont pas assez mûrs pour cela  m’a un jour expliqué un grand habitué du conseil régional.

Un ange passe, une valise dans chaque main… (Mettez-y ce que vous voulez.)

Tiens je profite de l’occasion pour suggérer à quelques mois (déjà) des échéances régionales et cantonales que les élus briguant ces présidences s’engagent à la transparence des débats dans leur assemblée, jusqu’à la commission permanente. Histoire que l’on sache un peu mieux où parfois va l’argent des subventions…

On peut toujours rêver…

Mais j’en reviens au livre de Proth, l’ancien conseiller régional. Il dresse dans son chapitre 4 un bestiaire parfois féroce mais sutout savoureux d’élus et de conseillers. Certains siègent toujours au CRL, d’autres pantouflent ailleurs, mais la plupart continuent leur parcours politique. Il aurait pu rajouter dans ses portraits quelques fonctionnaires – également toujours en activité aujourd’hui- et qui après la déroute de Longuet sont allés chercher d’autres pâtures, parfois proches de celle de l’hémicycle régional, pour y brouter une herbe souvent toute aussi savoureuse, voire plus encore.

Télescopage inattendu de l’actualité, la lecture de l’ouvrage en question avec l’actualité messine des collèges (tiens jetez un œil sur ces documents évoquant la carte scolaire en Moselle et figurant sur le site de l'inspection d’académie : Georges de la Tour et Barbot ont déjà fusionné, ils s’appellent « Centre »…) : prends ton téléphone, tape G-R-O-S pour sauver Schuman et l'emploi sur place de la fille du maire, tape B-O-H-L pour sauver Bernanos+Georges de la Tour+les mandats futurs de Jean-Luc et l’actuelle pseudo-majorité du CG57, tape P-A-L-L-E-Z pour sauver tous les collèges… (Et aussi la Planète?), tape…

Là je m’arrête, j’ai failli donner le nom de ... dont il se dit que…

Non, vraiment je ne veux pas en parler.

C’est pourtant bien à cette personne que j’ai pensé en relisant Proth.

Et la notion de malfaisant m’est immédiatement venue à l’esprit. « Qui se plaît à faire le mal, nuisible ». Une sorte d’exécuteur des basses-œuvres (comme les décrit si bien Gaëtan Avanzato) qui prendrait plaisir à gripper les rouages de la démocratie locale surtout dans son intérêt, parfois au profit d'un Prince.

Un élément de cette engeance unisexe (mais pas asexuée) finalement bien pire que les rats se goinfrant de fromage illustrant la couverture du livre de Proth. Non, un vrai nuisible. Mais qui n’est jamais seul. Et n’en désigner qu’un à la vindicte populaire n’aurait au fond que peu de sens. D’autant que ces personnages sont à la fois dangereux et nécessaires à l’exercice du Pouvoir et au fonctionnement de notre Démocratie.

Dangereux et nécessaires car utile à la régulation de ce même Pouvoir.

En mettant par exemple en difficulté un Prince qui aurait trop écouté l’un d’eux.

Soit le Prince réalise son erreur et prend de meilleures dispositions. Soit il persiste, perdra ses appuis, finira par chuter et un autre Prince, enclenchant un nouveau cycle, viendra le remplacer.

Parfois même en récupérant le malfaisant en question ! Ou un autre, pas si différent.

L’histoire politique de notre territoire, comme celle de tous les territoires, est cyclique.

Les malfaisants y ont une place assurée.

A l’aune inverse de la transparence déclarée de l’institution pour laquelle ils œuvrent officiellement.

Les Puissants le savent qui de temps en temps font un peu de ménage.

Mais que l’on se rassure, les malfaisants n'exercent pas qu'en politique, ils sont partout.

Même parmi les journalistes.

Lire la suite

Aurélie, lâcheuse...

15 Mars 2009 , Rédigé par jcdr Publié dans #Billets


Si vous êtes habitant de la 8ème circonscription de la Moselle, paix à votre âme, vous êtes des morts-vivants en instance !
Votre acte de décès est d'ores et déjà rédigé par votre député Aurélie Filippetti, socialiste-ex-verte-groupie-de-Ségolène. Il sera publié au lendemain de son élection au parlement européen.
Et sur son blog, la brave Aurélie explique que c'est bien malheureux mais qu'elle ne peut faire autrement pour continuer à exister !

Aurélie Filippetti en profite d'ailleurs pour fustiger Jean Kiffer qui (provoc ou réalité) explique que cette circonscription a été taillée pour lui et que maintenant l'Etat peut la faire disparaître.

Mais en se retirant ainsi, simplement pour un autre engagement (en attendant le prochain), la député (provisoirement) mosellane n'humilie t'elle pas de la même façon les habitants et électeurs de la 8ème qui l'ont porté à l'Assemblée contre Alain Missoffe avec l'aide dans l'ombre de François Grosdidier et 750 voix d'avance?
Filippetti arrivée en Moselle par défaut, certains Meurthe-et-Mosellans socialistes (dont son actuel collègue Christian Eckert) n'en voulant pas...

Que penser de ceux qui disent que Filippetti cherche surtout le pouvoir à tout prix. Et l'argent qui va avec. Bruxelles Strasbourg, c'est un joli pactole mensuel... Et y accompagner Ségolène (bientôt privée de présidence régionale pour cause de redécoupage façon commission Balladur ?), cela ferait un sacré duo de suffragettes !

Les médias adorerait.

Tout comme Aurélie les adore, elle qui est prompte à se jeter sur le premier micro venu même pour dénoncer des scandales qui n'en sont pas...
Bon mais de toute façon, Ségolène ne va pas à Bruxelles. Trop loin de Martine...

Elle a son propre agenda.
Et puis attention, certains citoyens européens n'apprécient que moyennement ces élus qui sont surtout à Bruxelles pour leur propre image.

S'il y en a un en tout cas qui n'est pas surpris de ce revirement c'est sans doute le député socialiste précédent et ancien maire de Guénange, Jean-Marie Aubron. Un grand monsieur, discret, un des rares ouvriers à avoir œuvré sous les lambris de l'Assemblée Nationale.
Un homme qui sait ce que valent les Hommes et certaines femmes.
Et qui n'apprécie pas plus que cela (doux euphémisme) celle qui lui a succédé...

Elle avait pourtant l'air tellement fière la jeune député le 17 juin 2007 ( jour de son anniversaire et de sa victoire), entre Aline Hombourger (elle aussi était une vraie socialiste à l'époque...) et Thomas Scudéri (toujours socialiste à l'heure où je rédige ce billet), dans le hall partagé par le Conseil Général et la Préfecture.Elle affirmait alors qu'elle se sentait déjà proche des habitants de sa circonscription et s'annonçait en quête d'une maison pour déménager de Paris Terville.

Il va lui falloir se trouver un nouveau pied à terre en Belgique !

Au final, parmi tous les électeurs officiellement non-déçus (il suffit de lire les commentaires sur le blog de Filippetti pour s'en convaincre) il y en a une qui est contente, c'est Joëlle Borowski spécialiste "développement économique et agriculture" au Conseil Régional (où elle siège), conseillère municipale à Creutzwald, et suppléante d'Aurélie Filippetti, elle a toute les chances d'arrondir ces fins de mois à compter de cet été... Et va devoir songer à gérer ce cumul de mandat annoncé, étant donné que Creutzwald compte plus de 3500 habitants...

 

Du coup, les électeurs et habitants de la 8ème circonscription peuvent se sentir quelque peu rassérénés : malgré le départ d'Aurélie, Joëlle va prolonger de quelques mois leur espérance de vie !

 

Lire la suite

Un an déjà...

8 Mars 2009 , Rédigé par jcdr Publié dans #Billets

C’était le 16 mars 2008.

Jean-Marie Rausch venait d’être battu par Dominique Gros.

Et par l’alliance ZimBeauBeck.

Et sans doute, par lui-même.

Mais que se serait-il passé ces 12 derniers mois si Jean-Marie l’avait emporté ?

 

Le projet de place piétonne couvrant le Parking de la République est bien avancé.

Tout comme Pompidou.

Les cyclistes continuent d’emprunter la main sur le guidon le plateau piétonnier.

Certaines rues de Metz sont restées plus propres.

D’autres, oubliées pendant 37 ans, plus sales.

Les livraisons n’encombrent la circulation qu’aux heures autorisées.

Sous le regard attentif des policiers municipaux, Taser à la ceinture, dont les effectifs ont triplé.

Les contractuelles ont repris la course au PV.

Emmanuel Lebeau cherche une nouvelle façon d’exister politiquement (mais l’a-t-il trouvé ?...) en attendant la prochaine fois.

Pierre Bertinotti nargue -chaque dernier jeudi du mois- Dominique Gros en Conseil Municipal et argumente le lundi suivant, en conseil communautaire, l’incroyable augmentation des impôts justifiée par la nécessaire solidarité des communes de la CA2M. Une solidarité visant à soutenir la réalisation des Grands Travaux que les acteurs du BTP ont entrepris (comme ailleurs en France) pour compenser les effets de la crise en embauchant tout chômeur de plus de 20 ans.

Et les messins s’étripent sur la nécessité de ce métro aérien et de l’autoroute circulaire que le 1er Magistrat Messin a sorti de son chapeau le jour où il remettait à Noël Jouaville l’Ordre National du Mérite.

Les militaires, eux, ne disent que du bien de Jean-Marie qui a sauvé la présence de l’uniforme à Metz.

Bien sur c’est Bitche et Dieuze qui payent les pots cassés, mais Nicolas ne pouvait pas faire cela à son ami qui l’avait si bien accueilli pendant la campagne présidentielle de 2007…

Dans son grand bureau, avec vue sur la Place d’Armes, Jean-Marie relis l’article de son journal (redevenu) favori qui évoque les 3 mois de prison fermes dont Tof vient d’écoper pour ses affichages sauvages et grotesques.

Il se souvient avec émotion de la mise au placard de quelques journalistes mal intentionnés.

Sans avoir rien demandé directement bien sur, d’autres sont là pour cela !..

Une petite purge dans les services municipaux a également été nécessaire.

Il faut bien montrer aux messins qui est le patron.

En regardant passer Julianne Bir venue lui déposer un rapport inutile (mais il faut bien l’occuper et maintenir l’ambiance glaciale –pardon, la saine émulation- qu’il a installé entre elle, Jérémy Aldrin, Anne Stémart et Patrick Thil), Jean-Marie se souvient de toutes ses femmes qui ont tenté leurs chances pour atteindre son Trône et qu’il a si bien manipulées…

Nathalie Griesbeck est candidate aux Européennes, mais pas à la place que la député sortante revendiquait…

Marie-Jo Zimmermann est suspendue pour 8 ans de l’UMP. Toujours cela de gagné. En attendant de coincer Jean-Louis Masson.

Il faut qu’il en reparle au nouveau Procureur…

Et Jean-Marie se dit, en gagnant l’ascenseur de verre dans son grand manteau de cuir, qu’il va falloir tout à l’heure expliquer à la seule femme qui lui tient tête, la sienne, pourquoi il a décidé de se présenter à la prochaine sénatoriale : Nul autre ne lui arrive à la cheville.

Ce qui ne l’empêchera pas dès demain d’assurer de son soutien les deux jeunes loups aux dents longues qui revendiquent déjà, lui comme elle, chacun de son côté, ce mandat sénatorial si convoité...

Lire la suite

Reprise.

1 Mars 2009 , Rédigé par jcdr

Après une année fort intéressante, j'ai pris la décision de ne pas renouveler mon adhésion au Mouvement Démocrate.

Ma pleine liberté de parole retrouvée, je reprends ce blog avec un nouveau rythme : une chronique hebdomadaire qui sera mise en ligne le dimanche en fin de journée et un podcast mensuel sous forme d'entretien avec un acteur de la vie de la cité.

Les commentaires sont modérés.

Au plaisir de vous (re-) lire.

Lire la suite